Biographie

Une voix extraordinaire. La fine sensibilité d’un artiste qui s’offre sans fard, entier. Généreux, sur scène, il donne tout. Il se présente avec souplesse et nous surprend par sa force brute.

Tel le caméléon, il s’intègre remarquablement dans différents univers musicaux, changeant de couleur mais conservant son identité et apportant sa touche de magie.

Soleil rayonnant, il nous éclaire de sa pleine présence et de son sourire. Il sait communiquer au public une belle énergie, douce et puissante, pleine d’espoir et de guérison pour l’âme.

Car sa musique est remplie de ce qu’il est, de ce qu’il a traversé.

De son enfance au Burkina Faso dans une famille d’artistes, musiciens porteurs de l’histoire et la tradition Bwaba, Losso Keïta garde des racines solides et un sens de la musique… sacré.

Son passage au Ghana, lui donne le goût de l’aventure qui le propulse en Guyane.

Loin de l’Afrique, il puise dans les profondeurs de son être les ressources pour faire jaillir sa rage de vivre. Dans la forêt équatoriale, le Jaguar lui souffle qu’ils sont proches. Leur rugissement s’entendra dans l’album qui nait à cette période « Tama ».

Le voyage, se poursuit et Losso Keïta s’installe en France. Ce pays qu’il a déjà sillonné lors des tournées avec ses frères, Ibrahim Keïta et les Nankama.  L’album « Tama » se matérialise. Direction le Burkina Faso pour la sortie de cet opus fidèle aux racines.

L’artiste en perpétuelle création fonde le groupe Yelé. Vainqueur du tremplin Africajarc en 2016, le groupe clôture sur la grande scène l’édition 2017, accueillent Erik Truffaz pour une version inoubliable de Diminiba. Cette chanson magique donne son nom à l’EP sorti cette année là. Yelé tourne en Europe et en Asie. Losso Keïta chante, fait vibrer nos coeurs et les cordes de son kamalengoni, et rythme avec la calebasse jouée au pied.

Losso Keïta garde un lien fort avec la culture du Burkina. En 2019, il est intégré au groupe Kanazoé Orkestra, métissage musical initié par son compatriote Seydou Diabaté et l’album Tolonso est un succès.

Crédit photo @ Guillaume Bourgoin